Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 18:42

 

Le "Grand Hypnotiseur" Al CANO et son laquaids RITON le MEDIATOR GIRONDIN n'auraient plus les "good vibes"???

 

17 Respectables Loges de Guyenne & Gascogne, et non des moindres puisque l'on y retrouve entre autres, l'Anglaise 204 et Le Berceau d'Henri IV, ont décidé de quitter la GLNF "stifano-canienne" pour rejoindre la nouvelle obédience GL-AMF.

 

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans Vie de la Province
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 22:44
Paris, le 2 avril 2012

« La postérité ne pourra pas comprendre que nous ayons pu retomber dans de pareilles ténèbres après avoir connu la lumière ! »

(Sébastien Castellion, humaniste français, en 1562)

Très Cher et Bien-aimé Frère,

Le rideau vient de tomber sur le pitoyable troisième acte d’une pièce commencée le 4 décembre 2009, avec les encouragements de Jean Charles Foellner, puis relancée le 21 janvier 2011 par la démission de François Stifani comme président. Il se termine par la désignation pour 5 ans, par une minorité de votants du Collège des membres de droit, d’un futur Grand Maitre. L’acte suivant de cette triste comédie verra sans doute son rejet par la majorité des Loges lors de la prochaine Assemblée générale et la mise en place d’un nouveau processus électoral.

Je ne reviendrai pas sur l’interprétation du lien entre Président et Grand Maitre qui sera tranché par la Cour d’appel – espérons-le - avant le 23 juin. Elle montrera que Maitre Legrand aurait dû réintégrer tous les exclus du Souverain Grand Comité depuis début 2011. Sans entamer de polémique inutile, il est évident que le résultat aurait été différent, quel que soit le nombre de tours de scrutin, car un simple calcul montre que François Stifani se serait alors retrouvé en deuxième position.

Ayant pour habitude de respecter mes Frères en dépit de nos différences, permettez-moi d’avoir une pensée pour Jean Murat et Jean Pierre Servel qui se sont retrouvés « blackboulés » sans l’avoir mérité dans un combat inégal qu’ils ont eu le courage de livrer. Ils ne pouvaient pas gagner, malgré leurs qualités personnelles, à partir du moment où le scrutin était à un tour et le collège électoral manipulé.

Avec le dernier avatar que nous venons de vivre, la plupart d’entre nous sommes désormais convaincus que nous n’arriverons à rien. La GLNF est irréformable en l’état avec des dignitaires qui, majoritairement, votent pour protéger leurs titres et leurs tabliers quand ce n’est pas pour la défense d’autres intérêts qui nous échappent.

Plutôt que de continuer à lutter, sans issue, dans un cycle infernal de décisions de justice inconstantes, de votes annulés, d’informations manipulées ou de menaces à peine voilées,

il est temps de tourner la page. 
 

Le 28 avril, la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française (GLAMF) verra le jour.

Elle regroupera de nombreux Frères issus des rites couramment pratiqués en France et de diverses obédiences. Dans ce cadre, elle a parmi ses objectifs de donner un toit à tous les frères exclus ou partis de la GLNF pour une raison ou pour une autre. Par son organisation séparant clairement l’administratif et le maçonnique, elle permettra à chaque Loge de travailler dans la sérénité selon son rite en s’appuyant sur une organisation administrative simplifiée et informatisée.

Vous pouvez d’ores et déjà vous y inscrire comme Frère ou dans le cadre de votre Loge en suivant les procédures accessibles dès aujourd’hui.

Comme vous pourrez le constater dans les présentations de

L’Alliance que nous allons diffuser, les problèmes posés par la concentration excessive des pouvoirs ou la durée des mandats à certains niveaux ne pourront plus exister. C’est ainsi que le Grand Maitre sera désigné pour deux ans par alternance entre les Assistants Grand Maitre chargés exclusivement des trois premiers degrés d’un rite, puis ratifié par l’assemblée des Loges.

Soucieuse d’être irréprochable sur tous les plans, notre approche s’est inspirée des principes et de l’organisation des Grandes Loges reconnues, principes qui fondaient la GLNF jusqu’en 1986.

De même tout est prévu pour que chaque rite soit pratiqué dans sa pureté originelle et que la solidarité soit exercée en priorité entre les Frères.

Il est plus que temps de s’éloigner du paraître et de la matérialité au sein d’une obédience dévoyée pour retrouver l’être à travers le symbolisme et la spiritualité.

Chacun doit être conscient qu’il faudra un temps -de quelques mois à quelques années- pour que L’Alliance soit reconnue par les Grandes Loges étrangères sachant que l’Angleterre sera forcément la dernière à le faire. En préalable, elles devront avoir rompu avec la GLNF comme certaines l’ont déjà fait, puis de s’assurer de la régularité de nos pratiques.

Pour les Frères qui ne veulent en aucun cas perdre la reconnaissance, nous pourrons leur fournir une solution d’attente consistant à s’inscrire dans une Grande Loge étrangère amie jusqu’au jour où la GLAMF sera reconnue. Ceci leur imposera quelques contraintes en attendant leur intégration dans L’Alliance reconnue.

Pour ceux qui veulent attendre encore, ils doivent savoir que Maître Legrand a fixé au 15 mai la date limite pour payer les cotisations sous peine de ne pas pouvoir participer au vote lors de la prochaine Assemblée générale. Sachant qu’à cette date ils se retrouveront face à la même situation, il ne sert à rien de retarder la décision.

Pour ceux enfin qui veulent voter à l’Assemblée générale pour contrecarrer le vote du Collège des membres de droit, qu’ils sachent que les portes de L’Alliance leur seront toujours ouvertes si le résultat attendu n’est pas au rendez-vous.

Durant toute cette période et au-delà, ils pourront compter sur l’ULRF pour les accompagner car jamais nous n’abandonnerons notre combat pour le départ de ceux qui ont détruit la Maçonnerie régulière dans notre pays. Les actifs immobiliers appartiennent aux Frères et non à la clique qui prétend les diriger.

Plus nous serons nombreux à adhérer à L’Alliance, plus la diversité maçonnique des Frères, des Rites et des origines nous enrichira.

C’est pourquoi j’appelle tous les Grands Maitres Provinciaux, les Loges et les Frères quel que soit leur Rite à venir nous rejoindre s’ils partagent les fondamentaux et les principes de régularité qui sont à la base de l'Alliance.

Dans notre quête de l’Unité, nous allons retrouver à tous les niveaux la valeur de l’exemplarité pour montrer le chemin. Nous allons démontrer que loin de la dictature d’un homme ou d’un clan, la Maçonnerie est la forme la plus aboutie de la démocratie ordinale chère à nos Pères fondateurs et inspirée de la Royal Society.

Nous allons pratiquer la vraie solidarité, celle qui fait avancer ensemble vers un même but.

Certes ce ne sera pas facile, car nous allons vivre la vie des pionniers «

la truelle à la main et l’épée au côté » … mais nous sommes remplis d’espérance car la Lumière est au bout du chemin.

Bien fraternellement


Alain JUILLET

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans Union des Loges Régulières Françaises ULRF
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 12:55
 

Malgré une scandaleuse campagne électorale adressée à tout le fichier des membres de la GLNF, Bertrand Hey. n’a attiré aucune sympathie vers lui, la démonstration en a été faite.

Nommé Grand Secrétaire par François Stifani, et n’ayant eut aucun scrupule à signer pour celui-ci des suspensions de Frères et de Loges par milliers(!), il n’a cependant pas hésité à le trahir par appât du pouvoir…et a ainsi annoncé sa candidature à la Grande Maîtrise.

Seulement, au lieu de se retirer comme tous les affidés de François Stifani qui avaient fait de même (Daniel Ja., Alain Ca., Jean-Michel Bal.) et démontré ainsi leur désinvolture et quel genre d’estime ils portent à la fois aux membres du S.G.C. et à nos institutions, Bertrand Hey. se serait bien vu dans le fauteuil de Grand Maître…

Durant quelques jours, il s’y est vraiment cru, conforté en cela par l’ancienne équipe de communication de François Stifani, (composée essentiellement de Lan., Bal. et Ama.).

Cette équipe l’a trahit comme toutes les précédentes, en passant avec armes (Sagesse357) et bagages dans non pas le camp, mais dans la tente de Bertrand Hey.

Dans son aveuglement, elle a sans doute pensé que Bertrand Hey. serait plus facilement malléable et moins allumé que leur ancien « client », et surtout plus présentable, tant en interne qu’à l’international…

Las…Hier, au « verre de l’amitié » organisé au Cercle Militaire de Paris, une heure après l’heure du rendez-vous, ils étaient à peine 20 à ne pas se bousculer, présents plus pour le verre et les locaux, que pour le candidat.

Si on enlève les 5 frères de l’entourage de celui-ci, il ne restait plus que 15…On soustrait encore les 5 observateurs, délégués par différentes factions, il ne restait plus que 10 frères. Sur ceux-là, ne se trouvaient que 3 membres du Souverain Grand Comité, les 7 autres frères, étant là par curiosité…

Notre malheureux Bertrand Hey. qui espérait faire salle comble, a donc du s’adresser, au bout d’une heure à attendre une assistance qui n’est jamais venue, à trois Frères qui étaient sa cible véritable…

Alerté préalablement de la Berezina qui guette sa candidature, notre Bertrand se cherche partout des alliés. Nous avons vus hier qu’il est allé en chercher en PACA, auprès de Jean-Charles Foe. et de Jean-Pierre Ser..

Mais prudent, il aussi cherché à « vendre » son retrait et son désistement auprès de François Stifani. Tout en se préparant un avenir.

Il a en effet demandé à l’ex Grand Maître de s’engager par écrit à le nommer Député Grand Maître (et toc pour son ami Can. !) et de faire revenir le mandat de Grand Maître à 3 ans, afin de ne pas avoir à attendre trop longtemps…

Et Stifani aurait donné son accord verbal! Mais comme dans ce clan on se connaît bien, et que la confiance règne, le négociateur de Hey. a exigé un engagement écrit et signé par Stifani…Lequel, bien évidement a de ce fait refusé ! Et l’a fait savoir…

Nous sommes véritablement entre gens de bonne compagnie !

Je me souviens avoir prédit à François Stifani, lorsque je l’ai rencontré en décembre 2010 et qu’il avait encore tous les atouts dans sa main, que la voie dans laquelle il s’est enfermée étant sans issue, il finirait trahi par tous, et qu’en définitive, le seul qui accepterait encore de boire un café avec lui, après sa déchéance, ce serait encore moi…Nous en sommes proches. Sauf que je me suis trompé sur un seul point : je n’ai plus la moindre envie de perdre mon temps avec lui. Mais moi, je ne lui dois rien…

 

Fidèle d'Amour

Myosotis de DAUPHINE SAVOIE

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans Vie de la Province
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 12:35

Mes frères,

Alors que les travaux de construction de l’Alliance Maçonnique Française et de ses Maisons des rites battent leur plein. Les membres du SGC sont assaillis de lettres de coups de fils et de promesses par les principaux candidats.

Il est vrai,  qu’au moins quatre des candidats (officiellement) y croient toujours, et se voient déjà siéger sur le trône doré d’une GLNF à peine transformée, et que leurs coups de griffes et leurs sous-entendus fratricides sont devenus courants. Le plus bel exemple étant la récente lettre de  BALOUP, qui plante des couteaux aussi bien envers SERVEL, MURAT et surtout HEYRAUD.

L’article de NICE Matin de ce 29 mars,  a bien perçu la situation entre les trois principaux protagonistes, entre STIFANI qui ayant verrouillé le SGC depuis longtemps  se voit toujours en patron, entre,  MURAT qui ne veut pas rater sa seconde chance et SERVEL qui  se verrait bien lui aussi sur le trône avec le soutien d’UNI2R.

L’article de Nice matin a bien perçu que cette élection avait perdu tout son sens aux yeux de milliers de Frères,  avec l’interdiction de candidater faite à  JUILLET, le candidat majeur de l’opposition, le seul à souhaiter et pouvoir mettre en place une refondation profonde de la GLNF.

Il a même, c’est évident eu échos des multiples tractations nauséabondes  dans les couloirs du SGC.

Par contre, contrairement à son titre, la scission n’est pas une éventualité en fonction du résultat du vote du SGC.

Elle est déjà une réalité, avec l’Alliance Maçonnique Française.  Pour tous ceux qui souhaitaient une vraie réforme du système qui a conduit aux  scandaleuses dérives subies, la messe est dite,  car ils savent que de toute façon il n’y en aura pas.

Fraternellement

César

 

 

Par César du bar de la marine
Myosotis de PACA

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans Actualité
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 09:26
Mes Frères

 

L'avenir de la GLNF s'annonce mal. 

 

Alors que les candidats clones de Stifani se désistent, comme prévu (DJ), en sa faveur et que ce dernier multiplie, comme les autres candidats,  les lettres dégoulinantes d'amour envers les membres électeurs du SGC:  la situation internationale de la GLNF continue, quant à elle, à se dégrader.

 

Il est vrai que nous ne sommes certainement pas les seuls à avoir des échos, de ces fausses candidatures comme le reconnait Baloup, et des tractations dans les couloirs du SGC. Tout ceci n'est  pas fait pour relever l'image détestable de la GLNF.

 

Aussi nous ne devrions pas être surpris d'apprendre que les suspensions de relations de la part de Grandes loges étrangères se poursuivent.

 

En quelques jours nous venons de prendre connaissance de trois annonces supplémentaires de rupture des relations:

 

  • Celle de la GL d'Ontario
  • Celle de la GL de Floride
  • Celle de a GL de Serbie

On peut d'ailleurs s'attendre à une accélération dans les jours et semaines qui viennent.

 

Heureusement que la GL Allliance Maçonnique française, est sur les rails.



Fraternellement

César

Myosotis de PACA

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans GLUA & GL étrangères
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 09:23
Mes Frères,

 

Deux jours avant que les membres du Souverain Grand Comité ne se réunissent pour voter la mort ou la –peut-être – survie de la GLNF. A la différence du 15 janvier 1793 ceux qui voteront la mort seront ceux qui souhaitent que perdure le système qui nous a amené dans une crise sans précédent.

 

Après les retraits attendus de JM Bal…, d’Al Cano et de Daniel Jacq…,  probablement venus  là pour faire croire à une élection ouverte, et sans faire offense à trois candidats marginaux, on sent bien que nous nous dirigeons vers une triangulaire F.Stifani, JP Serv.. et J.Mur.. Ou pour le dire plus clairement une triangulaire Stif-Foellner-Mur.. !

 

Passé ce que certains ont pris pour une révolution, ou a minima pour une fronde des maçons de base, nous sommes donc revenus en 2007, à ceci près que le tandem Stifani-Foellner a entre temps explosé en vol. En apparence en tous cas car ces deux là se sont toujours tenu les coudes malgré le puputsche tenté par le dernier pour reprendre les rênes attribuées à son dauphin.

 

Passé l’espérance d’un retour à une certaine pureté – j’évite volontairement le terme d’éthique tellement il a été galvaudé par des ordonnances honteuses – les mauvaises habitudes se perpétuent.

La calomnie d’abord.

L’un essaie, par commentaires déposés sur de nombreux blogs, de salir la personne de Jean Mur.. sous prétexte de choix mal avisé d’une maison d’édition tenue d’ailleurs à l’époque par un membre de la GLNF. Comme quoi nous ne sommes pas vraiement regardant !

La calomnie doublée de l’abus de pouvoir ensuite.

L’autre accuse sans aucun fondement un Frère tout dévoué au bon fonctionnement du Collège provincial de Neuilly-Bineau et de la Province en général, d’être l’auteur d’une lettre anonyme adressée à François Stifani. D’où la démission du dit frère blessé dans son honneur. Ce qui n’empêche pas le vaillant OP en question de continuer son œuvre et de prétendre – mais de quel droit ? - retirer la qualité de membre du SGC au dit Frère.  Et de tout faire pour qu’il n’ait pas la vignette magique qui donnera accès au vote. L'insupportable bêtise des petits chefs !

Deux illustrations anecdotiques de la vie quotidienne de la GLNF.

C’est ce qui me fait désespérer de l’avenir de la GLNF, dans le seul cas que je veuille envisager par défaut qui est celui de l’élection de Jean Mur… Changer le système est une nécessité qui ne se discute même pas, mais que faire par rapport à la dérive systématique de beaucoup par rapport aux valeurs que devrait incarner la Franc-Maçonnerie.

 

Nous aurions aussi pu nous réjouir, de l’autre côté, de la création d’une nouvelle Grande Loge qui nous promet de rompre les ponts avec « une maçonnerie de parade » et nous promet « une maçonnerie humble et authentique qui s'apprête à renouer avec sa finalité initiatique en se débarrassant définitivement d'une administration judiciaire par essence profane » ( sic, cf: lien). Si j'ai bien lu on crée donc une obédience pour se débarasser de Maître Legrand qui a été appelée à la demande de FMR, et c'est cela qui va permettre de renouer avec la finalité initiatique. Parfois j'ai l'impression d'être pris pour un benêt, alors que je n'avoue aucun goût pour les vessies ou les lanternes. Or les mots sont importants.

Dommage que la création de la nouvelle Grande Loge étant désormais officielle on revoit poindre à nouveau Claude Seil…, le bras armé du puputsche piloté par JC Foellner, aux premières loges si j’ose m’exprimer ainsi.  Et comme le souligne très justement le blog La Lumière on nous avait promis de nous redonner le pouvoir mais on termine avec une démocratie indirecte particulièrement complexe. Là où l’on aurait pu espérer une révolution il est à craindre que l’on ne finisse par redonner le pouvoir aux "aristocrates" transfuges de la GLNF.

 

Tout cela m’incite à me retirer sur mon rocher et à méditer tranquillement.

 

Dans les jours qui viennent je ne serai probablement pas en mesure de publier sur ce blog avant lundi soir. Je vous prie de bien vouloir m’en excuser, mais après tout peut-être n'est-il  pas plus mal d’éviter les réactions à chaud.

 

Notre sort, et au-delà de nous celui de la GLNF, sera scellé vendredi soir.

 

J’espère avoir le plaisir de retrouver quelque part tous les Frères de combat sincères qui ont su se lever et se retrouver autour de valeurs simples mais si essentielles à défendre. Ceux qui ont espéré en un changement profond.

Peut-être aurons-nous finalement livré notre bataille de Camerone…

L’honneur, les valeurs morales et le respect du droit républicain ne se négocient pas.

 

Fraternellement,

 

Post scriptum:

Je viens à l'instant de lire ceci sur le blog démago de Pierre Benza... :

"L’histoire prouvera, quelque soit le résultat, que François Stifani a été un Grand maître honorable, sincère, engagé et pragmatique. C’est le rôle d’un « chef » de prendre des décisions, difficiles parfois, injustes même aux yeux de certains, mais c’est en Grand maître responsable qu’il a acté, après avis de ses Grands officiers."

Il serait grand temps monsieur Benza... d'arrêter de prendre vos désirs pour des réalités, et les Frères pour des cons. Le bilan de la Grande Maîtrise de François Stifani est tout simplement attérant, et n'importe qui est à même de le constater au vu des faits qui sont incontournables. C'est un autre travers de la GLNF, l'idôlatrerie, les serments faits à des hommes et non pas à des principes - on a connu cela au milieu des années 30 - le mensonge et la déformation du réel érigés en dispositif de communication, voire de "story telling", le léchage de bottes éhonté pour obtenir quelque faveur, etc. Cette fraternité là vous pouvez vous la garder. Elle ne peut concerner que des gogos, mais en aucun cas des hommes libres.


Par Sully
Myosotis de NEUILLY BINEAU

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans Réflexions
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 09:17

 



 

Comédie en quatre actes manqués


Lorsqu’il était GMP, Alain Cano aimait prôner la démocratie directe. Las! ça se terminait toujours par des monologues d'autosatisfaction, ponctué par des citations de philosophes pris en otages dans le discours, et que l'on entendait presque, in petto, crier "au secours!".
Le summum fût atteint le 12 juin 2010, lors de la réunion de Mont de Marsan (
La Province et les Grands Officiers Provinciaux, à quoi ça sert ?)
), durant laquelle, suspendu à son téléphone portable notre GMP A.C. recevait en ligne directe la voix de son Maître, le fameux F.S!


Appelés à nous exprimer, nous fûmes quelques-uns à le faire et à montrer notre désapprobation ferme et définitive. Ceci a entraîné pour les bavards la perte de leur office, qu’ils ont appris sur Ordonnance et sans un mot de la part du GMP. Ah, que voulez-vous, on exerce son petit pouvoir comme on peut en province, c’est petitement qu’on sanctionne !

Lorsqu'au téléphone, bien des mois plus tard, je me suis étonné de cette manière si peu fraternelle de faire, il fit l'étonné : « oh, c'est naturel, il faut que les postes tournent… » Motus et bouche cousue.

Nous aurions dû nous méfier. Un philosophe qui choisit d’être proviseur, c’est avant tout un directeur de conscience.

 

Pourtant, ce jour-là, Alain Cano, semblait d'accord avec les premiers résistants. Il énonça même son ineffable concept de résistant de l’intérieur : « oui, nous sommes d'accord, il faut sauver la GLNF de ce malade, nous allons l'encercler et le contrôler. »

La stratégie fut à ce point appliquée que le 5 mai 2011, soit en moins d'un an, Cano devenait Député Grand Maître, à l’insu de son plein gré
Al CANO (tchik a tchik ay ay.!!!) La "Pantalonnade "historique"" 27ème Episode (suite, on ne s'en lasse toujours pas...)  et au grand dam de l’ancien GLNF.( GLNF. Le Député Grand Maître d’Honneur accuse le Grand Maître de tuer sa mission)  En fait, cela ne faisait que récompenser le zèle avec lequel il avait animé le blog de triste mémoire les « gardiens du temple ». Depuis quand intriguait-il, pour sa funeste transmutation en député grand maître ?

Installé dans un bunker, à Pisan comme à Bayonne, il  sortait rarement, surtout pas pour aller visiter ses frères de la province de Guyenne et Gascogne. Non, il préférait les cérémonies provinciales lui permettant de haranguer « sa » petite troupe de 86 officiers provinciaux et les vénérables maîtres nouvellement installés, chargés de distribuer infusions et sirops aux francs-moutons déjà atteints par la maladie de la tremblante. Il leur rappelait souvent qu’il fallait que tous passent au plus vite à la tondeuse aussi recevions nous de multiples incantations, par mail, qui se transformèrent rapidement en incitations pour finir en menaces : « paye car tu fais du tort à ta loge et à tes frères ! », « Démissionne si tu ne veux pas payer ! », « Paye si tu veux démissionner ! »

Ainsi, Alain Cano voyait-il son destin lui échapper, un peu comme Lacombe Lucien dans le film de Louis malle http://www.ina.fr/art-et-culture/cinema/video/I04321481/louis-malle-a-propos-de-lacombe-lucien.fr.html plutôt qu'Eugène de Rastignac dans la Comédie Humaine, du moins, aime t’il encore le faire croire à quelques naïfs.

Il eût pu croire que la Providence présidait à son destin, lorsque dans une variante du coup du père François, le fils d’UBU, Ephesse 1er démissionna de son mandat. N'était-il pas dit, dans les textes, ô combien sacrés, régissant la GLNF, qu'en cas de défaillance du Grand Maître, le Député Grand Maître devait prendre sa place. Patatras, c'était sans compter sur les roueries corses… Ephesse avait démissionné de la présidence mais pas de la Grande Maîtrise et en plus, il avait sûrement croisé les doigts derrière son dos !

Dès lors, Alain Cano poursuivit implacablement sa stratégie de résistance de l'intérieur, osant jusqu'à se présenter à l'élection du Souverain Grand Comité du 30 mars 2012 : « croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer ! » Pour aussitôt se dédire et appeler à voter massivement pour son « meilleur ennemi juré », François Stifani.

Tout ceci n'est pas sans nous rappeler le « syndrome de Stockholm inversé » raconté par le gangster repenti, Alain Caillol, après le rapt du baron Empain : « il y a eu un syndrome de Stockholm inversé. Il nous a dominés moralement. Chacun a vu en lui le rêve de ce qu'il voulait être: beau, riche, puissant, intelligent... »

 

Voilà donc la triste histoire immédiate d’Alain Cano, philosophe catholique devenu proviseur franc-maçon puis historien révisionniste et député grand maître d'opérette.

Si on dit du franc-maçon accompli qu'il est au centre du cercle, force est de constater que lui, Alain Cano, en bave en parcourant les périphéries! Il faut dire qu’il aime tant les prébendes !

En fait, il devrait changer de références plutôt que de s’esbaudir devant des personnages tant décriés : Ephesse ne vaut pas une messe, Michel Maffesoli ne fait pas l’unanimité, http://www.glnf.fr/private/upload/newsletter/420C253F3F5FABEA1_20111213210805.pdf, reste Elisabeth Tessier qui se trompe presque toujours dans ses prédictions mais qui a de beaux yeux, tu sais !

Alain Cano, l’affrèrement, ça ne se décide pas sur décret et ordonnance, quand ça existe, ça se cultive, c’est tellement fragile! Un jour, tu nous as parlé du Petit Poucet. Moi je te rappellerai le Petit Prince et le renard:

- Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ?

- C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "créer des liens..."

- Créer des liens ?

- Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...

http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre21.html

A apprendre par cœur !

yunus

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Yunus de la Baleine - dans Vie de la Province
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 22:48

A MES FRÈRES MAÇONS DU SOUVERAIN GRAND COMITÉ

Mes Frères,

Alors que nous sommes submergés par les professions de foi de nouveaux candidats dont la modestie et l’humilité n’ont d’égale que la clairvoyance et le courage dont ils ont fait preuve jusqu’à ces derniers jours pour participer et soutenir une gouvernance pour le moins déviationniste et destructrice, nous sommes enfin appelés le 30 mars prochain à mettre un terme à presque 10 années d’autocratie, de pensée unique, de sanctions et de radiations expéditives.

Je vous avais alerté en 2004 alors qu’il était encore temps d’enrayer, sans fracture ou traumatisme pour nos Frères et sans dommage pour la réputation nationale et internationale de notre Obédience, un processus conduisant à transformer notre Institution Initiatique en une multinationale ploutocratique servant à la fois les intérêts financiers et la folie de puissance et de grandeur, les uns n’allant pas sans les autres, de profanes qui s’étaient introduits dans le Temple déguisés en Maçons.

Je n’avais pas su vous convaincre.

J’avais alors demandé à ces Maçons Accomplis, Citoyens du monde, qui avaient décrypté mon message de se ranger sur les Colonnes sans rancune, ressentiment ni acrimonie afin de poursuivre avec tous les Frères la construction de leur Temple.

En 2004 je dénonçais « l’affairisme sauvage » et la mise en coupe réglée de notre Institution sous couvert de « sécurité immobilière » et de « caritatif biaisé » vers les Pays émergents.

En 2007, notre Frère Jean MURAT a tenté de faire échec à ce processus outrancier sur lequel venait s’additionner les fantasmes d’un candidat qui se définissait déjà comme « un Homme Providentiel », qui s’est finalement révélé être plus instruit des procédures judiciaires que des vertus et principes de notre Ancienne et honorable Institution.

Il n’est plus aujourd’hui question de mises en garde, les faits sont patents et déjà sanctionnés par l’ensemble de la communauté Maçonnique Internationale qui depuis 1913 tenait en haute considération notre GLNF.

Rien ne peut plus désormais justifier le comportement aveugle et suicidaire d’une gouvernance qui s’entêtant à ignorer nos Statuts et notre Règlement Intérieur tout autant que les Landmarks de la Maçonnerie Universelle de Tradition, a été rejetée légalement par la majorité des FF ou de leurs représentants.

Le trouble et le doute se sont répandus parmi nos Frères et la réputation même de notre Obédience se trouve entachée.

Forts de cette tragédie, dans le secret des Urnes, vous êtes appelés non pas à désigner un Président pour réaliser « son œuvre » ni un « élu » au sens biblique du terme, mais un « Frère choisi », Premier Ouvrier sur le chantier pour dérouler les Plans et s’assurer que les Travaux progressent régulièrement et perpendiculairement, assisté de tous les Représentants des Loges et des Provinces élargies.

A la fois garant et Gardien de notre Institution crée en 1913 et fondées sur les bases ancestrales des Maçons Anciens Francs et Acceptés, il va sans dire qu’il ne pourra pas pour autant faire l’économie et s’exonérer des lois et des règles qui fixent le périmètre organisationnel et juridique des associations régies par la loi de 1901.

Ce Frère doit donc être aussi un Citoyen accompli, au vécu transparent, dont la confiance que vous lui accorderez n’exclura aucunement le contrôle qui non seulement ne gêne en rien l’efficacité mais s’avère être le formidable et indispensable levier de l’estime et du respect mutuel.

Un seul Frère aujourd’hui s’avère être celui en capacité intellectuelle, morale et Maçonnique d’ouvrir et d’éclairer demain le Chantier à l’Orient, c’est notre Frère JEAN MURAT.

Enfin, sauf à remettre en cause le socle Initiatique de la Maçonnerie Un et Indivisible, le choix du Candidat se doit d’être massif et sa désignation sortir du premier tour. Car s’il en était autrement cela ouvrirait aussitôt la voie à des tractations « mariant la carpe et le lapin » et nous troquerions aussitôt le chaos d’aujourd’hui contre les compromis et les compromissions de demain ouvrant ainsi immédiatement et inéluctablement la voie à de nouvelles dissensions.

Si, le SGC a perdu au fil des ans et des modifications successives de nos Statuts et Règlements prises à main levée, sinon le pouvoir, du moins la faculté de contrôler les décisions du Conseil d’Administration et d’influer sur les orientations, il conserve le pouvoir absolu de choisir celui qui saura lui redonner force et vigueur, concilier Tradition et modernité et replacer notre démarche initiatique au Centre, entre l’Équerre et le Compas, « là où aucun Frère ne saurait faillir ».

Mes Frères, dans le secret de l’isoloir, face à votre miroir, en pensant à ces milliers de Frères qui attendent le retour à la paix et à la Fraternité, donnez un signal fort d’espérance : soyez ou redevenez des bâtisseurs sincères et désintéressés, citoyens du monde en choisissant avec votre cœur de Maçon et votre lucidité de citoyen celui qui seul peut, au sortir de deux années de souffrances et de honte, rendre la Grande Loge Nationale Française aux Frères et la parole au SGC,

notre Frère JEAN MURAT.

Gérard. RAMOND

Matricule GLNF 15819

Ancien GMP

Membre à vie du SGC

 

 

Fidèle d'Amour
Myosotis de DAUPHINE - SAVOIE

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans Vie de la Province
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 09:22

Le coq a chanté 2 fois...et les reniements se sont multipliés...


          " En vérité, je te le dis : toi, aujourd'hui, cette nuit même, avant que le coq chante deux fois, tu m'auras renié trois fois. "


          Tout au long de ces deux dernières années, les reniements ont été très nombreux de la part de frères, qui pourtant avaient mis beaucoup de cœur et de foi dans la pratique de la maçonnerie.


          Nous n'évoquerons bien entendu pas le cas de ceux, qui sont entrés dans un club, une association fraternelle et sympathique qui leur permettait de faire des affaires et de remplir un carnet d'adresses dans la plus grande discrétion. Ceux là n'ont pas failli à leur parole car il ne l'ont en réalité jamais donnée ; ils n'ont simplement pas été maçons une seule seconde. Ce sont, pour beaucoup, des gens certainement très respectables mais leur passage parmi nous était simplement une erreur de casting !

 

          Non, nous parlerons de ceux qui sont entrés en maçonnerie avec leur cœur, qui ont pratiqué avec conviction et qui ont cru à la sincérité de ceux qui avaient l'honneur de les diriger.


          Ceux là sont allés de désillusions en désillusions au fur et à mesure des découvertes concernant les pratiques de pseudo dignitaires peu recommandables.

          Les plus vaillants sont partis tout de suite au combat mais la plus grande majorité a attendu pour voir, ne croyant pas le mal si profond.


          Le coq a pourtant chanté de nombreuses fois pour alerter les frères sur des pratiques plus que douteuses et chaque fois, malgré les évidences, les frères ont renié leurs serments en continuant de servir aveuglément ceux qui leur font perdre leur honneur. Leur complicité passive suffisant à conforter ceux qui abusent de leur crédulité.


          Combien de chants du coq faudra t-il pour les réveiller ?

          Peuvent-ils même être réveillés ?

          Méritent-ils seulement de l'être ?

          Ce sont des questions que l'on peut légitimement se poser.


          Pour ceux là, l'obéissance absolue aux ordres n'est en rien excusable et ils partageront la responsabilité de l'état de déliquescence de l'obédience qu'ils servent.

         

 


guinguingoin

Myosotis du Mont Gargan

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans Vie de la Province
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 22:56
Lundi 26 mars 2012 1 26 /03 /Mars /2012 18:29
 

Il y a une douzaine dannées sélevait un grave différend entre le Grand Prieuré des Gaules et la GLNF, dont lissue se solda par le départ de quelque 300 FF du Rite écossais rectifié.

 

Je me rappelle avoir été très marqué par ces événements dont jétais loin de saisir les causes profondes. Dans le même temps, jessayais dimaginer quel serait mon attitude si de semblables tourments venaient à opposer ma famille rituelle à la Grande Loge... Et toujours revenait la même conclusion : moi, linsatiable perroquet de style Emulation, malgré mon indéfectible attachement à ce style de travail, je choisirais certainement de rester fidèle à ma Grande Loge. Il me paraissait impossible quà aucun moment les inclinations vers des spécificités rituelles, si chères quelles me soient, puissent lemporter sur la fidélité à luniversalisme maçonnique que représente lobédience. Loin de moi les dichotomies entre lordinal et lobédientiel ! Je voulais imaginer que ma fidélité demeurerait, quoi quil arrive, à la maison régulière et reconnue qui mavait accueilli en 1982.

 

Quelques années plus tard, après dix-sept années dappartenance au collège actif du Val de Loire, je recevais de mon prédécesseur, pour un court mandat de deux ans, le maillet de la Province. Ce fut une période intense et contrastée. Intense comme lineffable bonheur daccompagner mes Frères dans une merveilleuse aventure de lesprit. Contrastée au fil des effarantes dispositions induites par le comportement très singulier du Grand Maître.

 

A tel point que fin 2009, écartelé entre les devoirs dobéissance liés à mon engagement et les mesures contraires à lintérêt des Frères quils supposaient que je prisse, ai-je sérieusement envisagé de rendre mon tablier après la tenue annuelle de Grande Loge.

 

Cétait sans compter sur le cours parfois facétieux des choses : mardi 1er décembre 2009, trois jours avant la réunion du SGC, je reçois un appel téléphonique dont lavenir dira les immenses conséquences. Mon correspondant est un TRF, ancien Assistant Grand Maître honorablement connu. Il me fait part dune action ourdie de longue date pour signifier au Grand Maître linquiétude des Frères. Semblable méthode na jamais été usitée jusqualors. Pour autant, je remarque quelle nest pas plus singulière que linnovation imposant désormais le port des décors maçonniques lors dune assemblée profane.

 

Mon interlocuteur massure que lui-même sassociera à cette manifestation, accompagnant ainsi le Grand Maître Immédiat, le TRF Jean-Charles F...r, qui a promis de se lever également par solidarité.

 

Le dilemme est insoutenable et le temps pour me déterminer fort court. Comment départager mes penchants légalistes et légitimistes dun côté, et ma conviction profonde que la gouvernance engage les Frères depuis deux ans dans une voie contraire à leurs aspirations ? Assez naturellement -et naïvement aussi - cest dans les titres maçonniques de ces deux personnages que ma question va trouver sa réponse et un forme transitoire dapaisement. Après tout me dis-je, quy aurait-il de si incongru quon ne puisse envoyer un signe fort au Grand Maître, qui plus est avec les cautions morales réunies dun passé Grand Maître et de son Assistant.

 

On sait la suite : le matin du 4 décembre 2009, les deux cautions morales sont demeurées étrangement immobiles tandis que le grand chef, qui affectait les airs de la surprise, déversait un flot dinsultes préalablement et soigneusement calibrées. A la 7ème minute de sa logorrhée, monsieur le rituel cest moi, sa majesté la sagesse ne connaît pas la pitié, y est allé dun tonitruant « sortez messieurs, cette maison nest plus la vôtre ». Toujours obéissant, je me rendis immédiatement dans les parvis... Non sans découvrir subitement ce quétait devenue la GLNF : une machine qui pouvait en quelques instants de furie broyer vingt-huit ans de dévouement, une alcôve où des Frères auto-proclamés chefs à plumes et à vie forment une classe supérieure qui manipule et instrumentalise, drapée dans une superbe qui la dispense de pratiquer les bons offices que réclament la justice et la miséricorde.


 

Depuis ce jour maudit, on a vu par blogs interposés les champs que la pensée de certains Frères pouvait explorer. Certes, la lecture des commentaires postés sur les Myosotis ne fut pas toujours édifiante. Mais les articles mis en ligne sur les différents Acacia , Colonnes du temple, Affidélis etc., ont atteint les sommets dune rhétorique dégoulinante de perversion.

 

Comment des hommes que lon a croisés, connus puis reconnus, ont-ils pu simmerger dans une dialectique qui dresse à ce point le dogme arbitraire contre la raison pure, et sombrer finalement dans cette déchéance verbeuse où seuls triomphent les arguments dautorité.

 

Car avant les événements et pris isolément, ces hommes nétaient pas comme cela, ni capables de cela... Ou sils létaient un peu, ce nétait quà létat larvaire. Quelques-uns, tout au plus, présentaient un terrain légèrement favorable que des reliquats de préceptes maçonniques maintenaient en jachère... Il a donc fallu réunir certaines conditions pour que sactualisent autant de potentialités. Sans doute les comportements éphessiens (avec 2 « s ») ont-ils beaucoup contribué à favoriser certaines galvanisations. Mais cela me paraît insuffisant à tout expliquer car F.S. lui-même nest quun épiphénomène. Jamais,  ses deux prédécesseurs nauraient pu faire le 10ème de ce quil a entrepris. Sil la pu, ce nest pas tant par les excès de ses propres singularités que par le cynisme, la grossièreté et limmoralité dans lesquels a fini par sombrer la Grande Loge.

 

Comment cela a-t-il commencé ?  Par ladoption, contre toute raison, dune définition anglo-saxonne datant de deux siècles... Nen déplaise à quelques beaux esprits qui, dans un passé récent, mont cruellement raillé là-dessus.

 

Nous sommes en 1813, la maçonnerie anglaise met un terme à la querelle opposant anciens et modernes depuis soixante ans. Cest le fameux acte dunion dont larticle N°2 sénonce comme suit : « La pure et ancienne maçonnerie consiste en trois degrés et non davantage. Apprenti enregistré, Compagnon du métier et Maître maçon, incluant la Sainte Arche Royale de Jérusalem. » (1)

 

De cette définition découle un constat dont, nous autres maçons continentaux, avons bien du mal à mesurer la portée : Emulation nest pas un rite au sens où nous lentendons, mais un manière standard de travailler en 3 étapes successives ce quil est convenu dappeler la « Craft » ; autrement dit le symbolisme tiré de lart de bâtir.

 

Aussi bien larticle N°5 de la déclaration de 1929 vient-il naturellement en corollaire : « Que la Grande Loge exercera une juridiction souveraine sur les Loges soumises à son contrôle [...] quelle ne sera en aucune façon subordonnée à un Suprême Conseil ou autre Puissance revendiquant un contrôle ou une surveillance de ces degrés, ni ne partagera son autorité avec ce Conseil ou avec cette Puissance. »

 

Moi qui ai reçu la Lumière dans une Loge Emulation, je me suis parfaitement accommodé de ce modèle et men satisferais encore - nétait-ce ma révocation ! Jai pratiqué lArche Royale en complément naturel du degré de Maître et me suis investi dans les degrés latéraux sous juridiction de la Grande Loge de Marque (acronyme GLMMMF).

 

Dans le cadre de la Grande Loge Unie dAngleterre, ces deux articles ne risquent pas de faire problème puisque, tout au contraire, ils découlent de létat de fait quils décrivent. Quant aux autres degrés pratiqués outre-manche, en bien plus grand nombre que vous ne limaginez, cest à dessein que leur structuration résiste à tout empilage en une colonne verticale susceptible de constituer un rite. Doù leur classification parmi les degrés dits latéraux ou side degrees.

 

Mais ce modèle, confectionné sur mesure par et pour la GLUA, à qui le concept de rite est étranger, a-t-il encore un sens quand on limpose aux forceps à une obédience qui, nullement étrangère à cette notion de rite, en pratique plusieurs ?


 

En un mot, ce concept applicable à une Grande Loge « zéro-rite » lest-il encore dans un cadre « multi-rites ». Jentends dici les cris dorfraies des caciques de la Chambre denregistrement qui ont probablement oublié ce qui suit :

 

- Le départ en 1958 (déjà !) de nombreux Frères du Rite Rectifié vers « Opéra » parce quils vivaient très mal cette tournure anglaise de la GLNF.

 

- Le statut particulier de lArche Royale, placée sous obédience directe de la Grande Loge, comme en Angleterre, mais à la différence notoire faut-il le souligner de lEcosse et des Grandes Loges des Etats Unis dAmérique.

 

- La nécessité pour remplir certains Offices provinciaux ou nationaux davoir été exalté puis dêtre passé par tout ou partie des trois Chaires, le GM étant lui-même le Premier Principal National de droit.

 

- Le slogan très à la mode vers la fin du mandat de J-Ch. F. : « une Loge ‘ un Chapitre », quel que soit le rite de cet Atelier... Que lon trouvait encore formulé ainsi : « LArche Royale est le complément naturel de la Maîtrise. » (Allez donc dire cette énormité à un CBCS ou à un 33ème).

 

-Un prosélytisme de clientèle qui a relativisé les exigences du par cœur au prix dune altération de la méthode initiatique. Cest la 1ère dénaturation. 

 

- Lagrégation scandaleuse des Arches Royales dEcosse et dAmérique au sein dun Grand Chapitre Uni placé sous obédience de la GLNF... Sachant quà la différence de lArche anglaise (domatique) celles-ci font effectivement partie intégrante dun rite en plusieurs degrés ; et quà ce titre la GLNF se trouve en position de gérer des degrés de perfectionnement en parfaite violation de larticle N° 5 de 1929. Curieusement là-dessus, personne ne voit -ou ne veut voir- lune de ces ingérences tant reprochées à dautres.

 

De ces différentes remarques découle la preuve que la GLNF est bel et bien calée sur larticle N°2 de lacte dunion de 1813, quoique sen défendent les caciques ou autres sbires du système. Cela signifie que, plus ou moins consciemment, deux maçonneries de perfectionnement cohabitent au sein de lobédience :

 

Lofficielle dune part, dinspiration strictement anglaise. Placée sous les auspices de lobédience, elle ne saurait participer dun rite puisque réputée par définition incluse dans le degré de Maître. (2)

 

La tolérée dautre part, dinspiration continentale. Constituée de plusieurs niveaux organisés en progression scalaire, elle se répartit en différents systèmes qui forment chacun un rite placé sous lautorité dune juridiction en amitié ; mais une amitié sous conditions.

 

Or, les conditions en question sont dictées par la méfiance et la suspicion. Rien détonnant à cela, la notion de rite -on vient de le voir- nétant pas intégrée par la GLNF, tout système de perfectionnement sy trouve latéralisé par défaut. Dès lors, une influence spirituelle descendant verticalement du haut vers le bas est assimilée à une ingérence.

 

Quelque 75% des membres de la GLNF appartiennent à une Loge symbolique de rite continental. Ce sont donc trois-quarts des Frères à qui lon propose, sous couvert de souveraineté de la Grande Loge, de vivre une forme émasculée de leur rite. Cest la 2nde dénaturation. 

 


Conscientes de cette situation, les juridictions de perfectionnement ont fini par comprendre le prix exorbitant quexigeait lobédience pour maintenir la paix : rien moins que la désacralisation de lessentiel. Et face à chacune de leurs légitimes réactions, la Grande Loge sest radicalisée dans son dogme. Ainsi sest construite lhypertrophie obédientielle que nous connaissons aujourdhui. 

 

Mes remarques pourront être comprises par daucuns comme une attaque en règle contre la maçonnerie de style Emulation. Il nen est évidemment rien.

 

Mais, face aux désordres que nous connaissons, jincline de plus en plus à penser quils trouvent leur principale origine dans labsurdité conceptuelle que jai dénoncée, et dont le maintien contre toute raison ne pouvait se faire quau prix de dénaturations.

 

Le grand projet est donc démasqué. Le palier naturel entre degrés symboliques et degrés de perfectionnement devient, en diabolisant les juridictions, un goulet d’étranglement. Je parie que, progressivement mais inéluctablement privés de leur influence spirituelle, les trois grades de la maçonnerie bleue sombreront avant dix ans dans une sorte de soupe indifférenciée. Ce vaste chantier de normalisation est déjà bien engagé. Il suffit pour s’en convaincre d’observer la standardisation sacrilège de la cérémonie d’Installation. 

 

Non seulement la GLNF nest pas morte, je lui prédis même un bel avenir. Des chefs emplumés continueront dexiger des cotisations et de se dédouaner en distribuant une spiritualité de pacotille dans des décors dopérette. Et nul doute que cette maçonnerie qui ne donne pas la migraine, toute de colifichets, de passementeries et de réseaux recueillera ladhésion de nombreux adeptes. La GLNF a déjà prévu de les parquer dans des loges aménagées en entrepôts de stockage.

 

Quant à la maçonnerie de Lumière, je ne vois aucun des candidats en lice pour les élections à venir, si respectable soit-il, avoir simplement effleuré les problèmes que je soulève. Cela signifie que, sauf quelques retouches dordre cosmétique, rien névoluera.

 

Il nous reste comme espérance dune véritable prise en compte des vraies questions, le mouvement initié par lULRF, le livre blanc etc. Métant toujours fixé de nexercer aucune pression morale sur quiconque, cest en Frère parmi dautres que je madresse à vous. Je ne prétends tirer aucune légitimité de mes titres et rangs passés ; non plus que de ma position du 4 décembre 2009.

 

Je voudrais simplement dire à tous les indécis, ainsi quà ceux de mes Frères Emulation qui vendent encore leur âme au diable par crainte de perdre un reconnaissance devenue chimérique :La Grande Loge de lAlliance, jy vais.

 

Bien fraternellement

 

Thierry Perrin - ex GLNF N° 16.354

 

 

(1) Je renvoie aux publications des Editions de la Hutte sous la plume et la direction de notre ami Jean Solis pour comprendre les raisons qui dictèrent cette tournure.

(2) C’est à dessein que je n’ai pas évoqué le cas de la Marque.

Partager cet article

Published by François Augieras - L'Aretin - dans Réflexions
commenter cet article

Présentation

  • : Le Myosotis Guyenne Gascogne
  • : Blog de la Province de Guyenne-Gascogne pour rétablir la régularité dans la GLNF
  • Contact

Téléchargements

Actualité

Lettre-aux-Freres-AJ-le-091111 Lettre-aux-Freres-Alain JUILLET -le-09 11 11

Assises du 5 Février 2011

Présentation Assises 05 02 2011 Présentation Assises 05 02 2011

Assises 05 02 2011 Discours d''Ouverture D.MOREAU Assises 05 02 2011 Discours d''Ouverture D.MOREAU

Assises 5 02 2011 Discours Claude SEILER Assises 5 02 2011 Discours Claude SEILER

Assises 05 02 2011 Discours de Clôture D.MOREAU Assises 05 02 2011 Discours de Clôture D.MOREAU  

Re-Fondation (re-construction)

Déclaration A 204 n°2 du 14 janvier 2011 Déclaration A 204 n°2 du 14 janvier 2011

Contribution des F... de la GUADELOUPE 30 01 2011 Contribution des F... de la GUADELOUPE 30 01 2011

Dignitaires

Conseil-des-Sages-GLNF-18 05 2011 jpeg Conseil-des-Sages-GLNF-18 05 2011 jpeg  

Finances

Rapport audit Rapport audit

2010 09 10 bis Ce serait la fin du monde et de la GLNF si l 2010 09 10 bis Ce serait la fin du monde et de la GLNF si l

2011-01-06-GLNF-Le-Point--Les-jolis-profits---Copie 2011-01-06-GLNF-Le-Point--Les-jolis-profits---Copie

Note-a-Me-Legrand-2-6-11---4- Note-a-Me-Legrand-2-6-11---4-  (Résultats d'Audits, des "vrais")

Juridique

GLNF Statuts et Reglements GLNF Statuts et Reglements

Ordre-Obedience Ordre-Obedience 

Synthèse de Réflexion Guyenne - Gascogne Synthèse de Réflexion Guyenne - Gascogne

Défense C.S & J.P.P devant CDN Défense C.S & J.P.P devant CDN

INPI-GLNF INPI-GLNF

Avis-sur-AG-morcelee Avis-sur-AG-morcelee

Assignation-F-TEITGEN-9-10 p Assignation-F-TEITGEN-9-10 p

Conclusions-leclerc Conclusions-leclerc

Jugement 18 11 2010 -TGI-Concurrence Jugement 18 11 2010 -TGI-Concurrence  

Jugement TGI PARIS 07 12 2010 Jugement TGI PARIS 07 12 2010

Ordonnance du TGI-Paris du 24 janv 2011 - Copie Ordonnance du TGI-Paris du 24 janv 2011 - Copie

Article 2.3 du RI. GLNF - Désignation du GM - Copie Article 2.3 du RI. GLNF - Désignation du GM - Copie

Avis-Professeur LUCAS-GLNF Appel des Cotisations-08.02.2011 Avis-Professeur LUCAS-GLNF Appel des Cotisations-08.02.2011

Relations Extérieures (reconnaissance, régularité, etc...)

GLNFDéclarationcommune GLNFDéclarationcommune  (Courrier des Grandes Loges de Belgique, du Luxembourg et de Suisse face à la crise "actuelle" de la GLNF) La Grande Loge Unie d'Angleterre a été mise en communication 

Communication de 5 Grandes Loges Européennes - 18 Mai 2011 Communication de 5 Grandes Loges Européennes - 18 Mai 2011

suspension-reconnaissance-GLNF par GLRB suspension-reconnaissance-GLNF par GLRB

GLL-SUSPENSION-GLNF-2 GLL-SUSPENSION-GLNF-2

DECLARATION-COLLECTIVE-DES-LOGES D'ASIE DECLARATION-COLLECTIVE-DES-LOGES D'ASIE

Documents FMR

COMMUNIQUE FMR-MYOSOTIS du 28 07 2010 COMMUNIQUE FMR-MYOSOTIS du 28 07 2010

Courrier recours gracieux 28 07 2010 Courrier recours gracieux 28 07 2010

Dossier-capitations Dossier-capitations

Manifeste-pour-une-nouvelle-gouvernance-de-la-GLNF Manifeste-pour-une-nouvelle-gouvernance-de-la-GLNF 

Invitation Assises Nationales de la Refondation GLNF Invitation Assises Nationales de la Refondation GLNF  

La Province de Guyenne & Gascogne

Déclaration A 204 n°2 du 14 janvier 2011 Déclaration A 204 n°2 du 14 janvier 2011

7 Juin 2011 carton d invitation 7 Juin 2011 carton d invitation 

7 Juin 2011 info VM 7 Juin 2011 info VM  

DU HASARD À LA NÉCESSITÉ

Lettre-A.-de-Yougoslavie Lettre-A.-de-Yougoslavie

 

Les T.R.G.M de la GNLF (du moins ceux qui ont mérité le titre et s'en sont montré dignes)

ALLOCUTION du TRF A-L DEROSIERE ALLOCUTION du TRF A-L DEROSIERE

DISCOURS du TRGM AG GL DISCOURS du TRGM AG GL

ALLOCUTION DU TRGM Jean MONS GM de la GLNF 1980 ALLOCUTION DU TRGM Jean MONS GM de la GLNF 1980

Propos du Grand Maître Jean MONS Propos du Grand Maître Jean MONS

DISCOURS du TRGM André ROUX DISCOURS du TRGM André ROUX

RASSEMBLER ce qui EST EPARS RASSEMBLER ce qui EST EPARS

Recherche

Archives